Accueil > Les archives > Trophées de la nature

Trophées de la nature

mardi 6 février 2007, par l’ASPAS

François Arcangeli plume les anti-ours, tandis que l’ASPAS plombe Jean-Pierre Jouffrey !

Comme chaque année, l’ASPAS a le privilège de décerner les trophées de la nature. Attribués suite aux votes des adhérents de l’association, ces
trophées récompensent les efforts de certains en matière de protection de la nature (Trophée de plume) et condamnent les actes écologiquement dommageables d’autres (Trophée de plomb).

Cette année, les candidats au trophée de plomb ont été particulièrement
difficiles à départager. Jean Lassalle, le député anti-écolos, et Nicolas Vanier, le trappeur superstar qui croit sauver les animaux sauvages en les tuant, ont longtemps talonné Jean-Pierre Jouffrey, éleveur isérois
anti-loup, avant de le laisser s’échapper et remporter les défaveurs de
l’ASPAS.

Jean-Pierre Jouffrey n’est autre que l’éleveur surmédiatisé en Rhône-Alpes qui milite à coups de carabine pour l’éradication de Canis lupus. Il s’est d’ailleurs vanté d’en avoir abattu un en 2000.
Si ce braconnier ne sera jamais jugé, faute d’une application crédible de la législation, l’ASPAS le condamne aujourd’hui par ce trophée de plomb, un trophée qu’il pourrait d’ailleurs partager avec Denis Duperier, son collègue savoyard qui a tué un loup en 2005 et a été relaxé récemment par le tribunal de Chambéry. Face à cette lâcheté juridique, l’ASPAS se demande si la notion d’espèce protégée a encore un sens en France ?

Mais, dans un pays où les lois de protection de la nature sont
quotidiennement bafouées, certains s’efforcent de défendre efficacement la nature et les animaux sauvages.

L’ASPAS a ainsi le plaisir de remettre le trophée de plume 2006 à François Arcangeli, Maire d’Arbas (31) qui a fait preuve de persévérance et de sang-froid face aux pressions et menaces des anti-ours de sa région.

En avril 2006, ces derniers accompagnés de conseillers généraux et de
maires, avaient investi la ville d’Arbas pour manifester, avec violence,
leur opposition à l’accueil d’ours slovènes sur leur commune. Proférant
insultes et menaces, les anti-ours en sont venus à jeter des bouteilles, des pétards et du sang sur les murs de la mairie. François Arcangeli avait
immédiatement porté plainte contre ces détracteurs avant de démissionner du Parti Socialiste en réaction à la présence de politiques au sein des agitateurs.

Puisque les représentants politiques engagés pour défendre la nature sont rares, les associations telles que l’ASPAS se doivent de dénoncer les atteintes à la biodiversité, à notre environnement et ce dans l’intérêt de tous.

P.-S.

Contact presse : Julie Danet ­ Chargée de communication ASPAS
Tél. : 04 75 25 10 00 ­ 06 28 63 11 41
Mail : info aspas-nature.org

Partager cet article :

Soutenir par un don