Accueil > Les archives > Signature d’un manifeste - « L’installation durable de prédateurs incompatible (...)

Anti-tout ?

Signature d’un manifeste - « L’installation durable de prédateurs incompatible avec l’activité agricole »

jeudi 11 octobre 2007

Les présidents d’organisations professionnelles agricoles majoritaires réunis hier à Paris dans le cadre de la première journée nationale des présidents de massifs ont signé un manifeste « pour le maintien de la biodiversité en zone d’élevage », dans lequel ils exigent l’arrêt de la réintroduction de l’ours, le retrait des loups en zone d’élevage et la régulation des populations de vautours et de lynx.

Le loup et l’ours sont dans la ligne de mire des représentants du monde agricole : Les présidents des organisations signataires, la FNSEA, les JA, l’APCA, la FNO (Fédération nationale ovine) et la Fnec (Fédération nationale des éleveurs de chèvres), considèrent que "l’installation durable de prédateurs est incompatible avec l’activité agricole."

La présence de ces prédateurs "menace la biodiversité de nos zones d’élevage étroitement liée à la présence d’une activité agricole." Les signataires estiment que le loup et l’ours ajoutent "aux difficultés de revenus rencontrées dans l’élevage". Selon eux, "les cheptels bovins et équins sont aussi touchés par des attaques de prédateurs", qui n’opèrent "plus seulement en zone pastorale." Autre argument avancé dans ce manifeste : "les systèmes de protection classiques présentent de nombreuses limites et ne peuvent constituer une solution durable."

Voir en ligne : Réaction de FERUS

On en discute aussi sur les forums de La Meute

Soutenir par un don