Accueil > Les archives > Nouvelles de la louve capturée dans le Mercantour

Nouvelles de la louve capturée dans le Mercantour

mardi 28 juillet 2009, par l’Agence France Presse

Un loup a été capturé, pour la première fois depuis le retour du loup en France, puis relâché après avoir été bagué, lundi dans le massif du Mercantour, a annoncé le président du parc national du Mercantour Eric Ciotti.

"C’est le premier loup qui est capturé vivant en France depuis le retour du loup" au début des années 90 dans le Mercantour, a dit à l’AFP M. Ciotti, qui est également président (UMP) du Conseil général des Alpes-Maritimes.

Le loup, une femelle âgée de six à huit ans, est tombé dans un piège à lacet relié au téléphone portable de l’un des agents du parc. Deux agents se sont aussitôt rendus sur place, dans la commune de Saint-Dalmas-le-Selvage. Ils ont immobilisé l’animal avec une fourche et l’ont endormi avant de lui mettre autour du cou un gros collier noir muni d’un radio-émetteur.

Cette capture a été réalisée dans le cadre d’un programme "Proies et prédateurs" réalisé conjointement par le parc du Mercantour, l’Office national de la chasse et de la faune sauvage et le CNRS.

"C’est un grand moment pour tous les agents du parc qui ont beaucoup travaillé sur ce programme", lancé en 2007, a dit M. Ciotti.

Un trappeur américain était venu dans le Mercantour pour former les agents du parc à des méthodes "non invalidantes" de capture du loup.

La balise GPS dont est munie la louve doit permettre de suivre avec précision ses évolutions et de connaître ses durées d’immobilisation, indices d’éventuelles prédations.

Dans le passé, la cohabitation des loups et des bergers a souvent été problématique dans le Mercantour. Les bergers reçoivent de grosses indemnités quand leurs troupeaux ou des bêtes isolées sont attaqués.

Sept meutes de loups, comptant chacune entre deux et cinq individus, ont été recensées dans les Alpes-Maritimes.


AFP, 26 juillet 2009

Dans les pas de la louve du Mercantour

Mouflon au déjeuner ou chevreuil au dîner ? La première louve capturée en France, dans le massif du Mercantour, et équipée mi-juillet d’un émetteur GPS, a commencé à transmettre des données dont les scientifiques attendent beaucoup pour comprendre ses relations avec la faune sauvage.

Elle est passée par ici, elle repassera par là : depuis le 13 juillet, les agents du Parc national du Mercantour, aux confins des Alpes-Maritimes, suivent à la trace les déplacements de la louve -âgée de six à huit ans- désormais porteuse d’un collier de 600 g incluant un module GPS qui signale régulièrement la localisation de l’animal.

Toutes les quatre heures durant la journée -trois heures en hiver- et toutes les demi-heures la nuit -sa période de déplacement et de chasse-, l’émetteur enregistre sa position.

"On a déjà eu quelques frayeurs, on croyait l’avoir perdue, car parfois on ne reçoit rien pendant 24 ou 36 heures", raconte Pierre Commenville, directeur adjoint du Parc. L’appareil ne transmet en effet les données mémorisées que lorsque l’animal passe dans une zone couverte par le réseau GSM.

"Pour l’instant, son parcours correspond à ce qu’on connaît de la vie du loup. Elle a très vite repris ses habitudes et se montre extrêmement mobile, elle peut parcourir 20 km en vingt-quatre heures. Elle a déjà fait des incursions en Italie", dont le massif du Mercantour est frontalier, décrit Etienne Baudin, l’un des agents du Parc chargé du suivi de l’animal.

Celui-ci fait partie d’une meute d’environ quatre loups, qui occupe depuis plusieurs années un territoire situé en haute-vallée de la Tinée. Le Mercantour, première zone de l’Hexagone où le loup a fait son retour spontané en 1992, compte environ une trentaine de loups, répartis en six à huit meutes, sur quelque 150 loups estimés en France dans onze départements.

Dans deux à trois mois, les agents du Parc commenceront à tirer des conclusions des données GPS. "Actuellement, nous avons des bilans très précis de l’impact du loup sur les espèces d’élevage mais au niveau de la faune sauvage, c’est le grand flou", observe Bernard Baudin, président de la Fédération départementale des chasseurs des Alpes-Maritimes.

C’est dans cette perspective que le programme scientifique "Proie Prédateur" a été lancé en 2007 en collaboration avec le CNRS. Son objectif est de préciser les effets de la prédation du loup sur les chamois, cerfs, chevreuils et mouflons.

Une centaine de chamois et une vingtaine de chevreuils du Mercantour ont également été équipés d’émetteurs. "Ce n’était pas suffisant. Pour nous permettre de jouer les Sherlock Homes, il ne fallait pas seulement traquer les victimes mais remonter la piste du meurtrier", le loup, explique Pierre Commenville. Ainsi lorsque l’émetteur signale une longue période d’immobilisation de l’animal, on peut penser qu’il est en phase d’attaque et aller vérifier sur place.

Deux agents du Parc, formés par un trappeur américain, ont été entièrement dédiés à la mission de capture du loup qui jouait à cache-cache avec eux depuis deux ans. L’animal avait toujours réussi à éviter les 15 pièges "non invalidants" soigneusement mis en place en Haute-Tinée, avant ce 13 juillet où l’alarme reliée au dispositif a réveillé les agents en pleine nuit.

L’objectif est désormais de capturer deux autres loups de la meute, comme le prévoit l’arrêté ministériel encadrant le programme, pour obtenir des données encore plus précises.

Portfolio

On en discute aussi sur les forums de La Meute

Soutenir par un don