Accueil > Actualité > Le loup renforce sa présence en Isère

Le loup renforce sa présence en Isère

mardi 4 août 2020, par Thierry

Environ 500 bêtes ont été "prédatées" par le loup depuis le début de l’année en Isère. La courbe rejoint celle de 2019 qui était une grosse année en terme d’attaques de troupeaux : 1114 bêtes tuées, soit 59% de plus qu’en 2018 selon les chiffres fournit par la DREAL. "Ça reste des chiffres très élevés et préoccupants pour l’élevage isérois" reconnaît Xavier Cereza, le responsable de la Direction départementale des territoires (DDT). Les attaques sont particulièrement fréquentes en Oisans, Matheysine et Vercors.

13 meutes reproductrices

En France, on estime qu’il y a entre 528 et 633 loups. On ne connaît pas le chiffre précis pour l’Isère, mais les services de l’Etat ont comptabilisé 15 meutes dont 13 reproductrices. Et le prédateur renforce sa présence, comme dans le secteur du Sénépi (secteur Matheysine), l’un des plus grands alpages de France. Les génisses y représentent la majorité des bêtes ; mais les loups ne s’y attaquent pas, préférant les troupeaux d’ovins situés un peu plus bas. "Pour qu’une zone soit classée en meute, il faut qu’il y ait une présence deux hivers de suite, explique Jérôme Patrouillet, chef de la cellule pastoralisme et prédation à la DDT38. Et effectivement depuis ce printemps, le Sénépi est classé en meute reproductrice." Des attaques ont aussi été récemment recensées dans la réserve des Hauts-de-Chartreuse et dans les Terres Froides. Là, pas de meute, mais plutôt un individu isolé dont on ignore s’il compte où non s’établir dans le secteur.

2 loups abattus en Isère depuis le début de l’année

L’an dernier, 6 loups ont été abattus dans le cadre du plan national piloté par la Préfecture de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Cette année, 2 spécimens ont été "prélevés" depuis début janvier, dont un tué par un lieutenant de louveterie. Les lieutenants de louveterie bénéficie d’un statut spécial. Ils étaient 21 l’année dernière. 29 depuis le mois de février, preuve que la Préfecture de l’Isère entend bien étoffer les effectifs. L’Etat encourage par ailleurs les éleveurs à se protéger en finançant la mise en place de clôtures ou l’achat de chiens de protection (319 en Isère). Il aide aussi à financer les emplois de berger. 243 éleveurs ou groupements pastoraux sont ainsi accompagnés par la DDT.

Voir en ligne : Le loup renforce sa présence en Isère

Partager cet article :

Soutenir par un don