Accueil > Les archives > Le loup aux portes du Sundgau

Bientôt en Alsace ?

Le loup aux portes du Sundgau

vendredi 11 février 2005

Disparu des forêts sundgauviennes depuis la fin du XIXe siècle, le loup a refait son apparition dans le Jura suisse tout proche.

Le loup est vraisemblablement revenu dans l’Arc jurassien, où sa présence a été signalée à cinq reprises durant l’année 2004. Il a été vu une première fois à Vallorbe (Vaud), puis par deux fois dans le Val de Ruz (Neuchâtel), et à deux reprises dans le Jura, à Montavon (au pied des Rangiers) et à Coeuvre (au nord de Porrentruy, à 5 km à vol d’oiseau de la frontière française de Courtavon). Dans le Jura, les observations ont été faites par des chasseurs et sont à confirmer. Ces deux observations ne sont pourtant pas surprenantes, l’arrivée du loup pouvant survenir à tout moment, selon le biologiste Jean-Marc Weber. Reste aussi à déterminer si, dans les cinq ans, il s’agit du même carnassier.

En provenance du Mercantour

Dans l’Arc jurassien, la disparition du loup a été constatée à la fin du XIXe siècle (1890). Le siècle passé, sept carnassiers ont encore été tués en Suisse, dont le dernier, en 1990, à Hägendorf, près de Soleure. Depuis, son retour a été remarqué en 1995, dans le Val Ferret (Valais). Les analyses génétiques des loups valaisans ont démontré qu’ils venaient du Massif du Mercantour, dans les Alpes Maritimes. Les loups qui hantaient autrefois les forêts sundgauvienne ont disparu de notre région depuis belle lurette. Quel était leur nombre ? Chassant en horde, on les voyait plus nombreux dans tel ou tel secteur. Les périodes de guerre les attiraient également. Un article du « Messager du Haut-Rhin » du mois de janvier 1805 relate l’acte courageux du jeune Jean-Baptiste Ritter, âgé de 21 ans, qui tua un loup à l’aide d’une hache, à Saint-Blaise, près de Bettlach.

Les loups de Hirtzbach

Dans les carnets du lieutenant-colonel des hussards Charles de Reinach Hirtzbach, qui consignait dans des agendas tous les événements marquants de sa vie, on relève que lors d’une traque aux loups en forêt de Hirtzbach, le 8 janvier 1825, deux de ces fauves furent abattus à proximité du Michelsweyer (vers Largitzen). Par la suite, il n’apparaît plus que sporadiquement. En 1886, le colonel de cavalerie Maurice-Sigismond de Reinach Hirtzbach aura la « chance » d’en abattre un dans les mêmes bois. En 1907, un nouveau loup est signalé sur le ban communal. De nombreux chevreuils sont retrouvés, à moitié dévorés. Xavier Froesch, garde-forestier et garde-chasse, consacre des journées entières à le traquer. Sa ténacité est récompensée lorsque dans une clairière, il voit fuir un chevreuil. Comme il le pressentait, le loup est à ses trousses. L’animal roule foudroyé d’une balle tirée à 100 mètres. « Fehrle » est promené en triomphe dans les rues du village et photographié avec son trophée. Quelques années plus tard (en 1910), on signale encore la mort d’un loup à Galfingue, puis d’une louve à Schweighouse, un couple venu peut-être des Ardennes, à la poursuite de gibier.

P.-S.

Source : L’alsace (11 février 2005)

Partager cet article :

Soutenir par un don