Accueil > Canis lupus : le loup > Où voir des loups ? > Parcs et zoo : visites et rencontres > La belle histoire des trois petits loups d’Orlu

La belle histoire des trois petits loups d’Orlu

lundi 25 juin 2007

Trois louveteaux européens sont nés il y a peu dans le parc animalier d’Orlu. rencontre à l’heure du repas

« C’est elle ! c’est la chef ! ». Les enfants ne s’y trompent pas. Ils reconnaissent la femelle dominante. Elle est la première à attraper un cou de canard au vol lors du nourrissage, à la Maison des loups, le parc animalier d’Orlu. Depuis deux ans, elle domine le clan des loups européens avec un mâle à sa mesure. Ce couple s’est imposé par la force, la ruse et l’intelligence pour maintenir la survie de l’espèce. Et ils ont assumé leur position. Le 25 avril dernier, cette femelle dite alpha a donné naissance à trois « petits sauvages », comme les appelle René Cazorla, un des administrateurs du parc.

Depuis maintenant un mois et demi, le rituel du nourrissage est un peu spécial. Et celui de mardi n’a pas dérogé à la règle. Marc Berthalan, le gérant, nourrit les loups qui à leur tour vont régurgiter la viande dans la gueule des petits derniers. Ils jaillissent subitement de leur tanière pour aller chatouiller le museau de leurs pairs. Traduction : « On a faim ! ». L’appel est entendu. Un loup crapahute entre les rochers pour aller donner la « becquée » aux protégés qui l’assaillent rapidement. Ils jouent ensemble avant d’être emmenés vers un endroit plus tranquille pour être nourris à l’abri des regards indiscrets. Ça y est, le repas quotidien est déjà terminé.

Ces louveteaux sont choyés dans cette « nurserie » grandeur nature. Même après onze ans de service à la Maison des loups, Marc Berthalan reste émerveillé devant l’organisation de ces animaux. « La mère n’allaite qu’un mois. Au delà, c’est la meute entière qui s’occupe de l’éducation, de la défense et de la nourriture des petits ». Ce gardien de loups est sidéré par le comportement grégaire de la meute et sa capacité à s’auto-préserver en période de naissance. La portée de la louve dominante varie entre trois et cinq louveteaux qui naissent, après 64 jours de gestation, dans la tanière creusée par les animaux. Le parc n’intervient pas dans le processus. Il laisse donc la nature suivre son cours pour découvrir environ une fois par an, au printemps, les nouveaux nés qui pointent leurs oreilles pointues hors de leur trou. Premiers moments de vie dans ce parc animalier.

DÉMYSTIFIER

Les jeunes visiteurs du parc tentent d’apercevoir les trois boules de poils dont le pelage se confond naturellement avec les couleurs alentours. On est à des kilomètres du grand méchant loup. Marc s’en réjouit. Il veut démystifier l’histoire de cet animal souvent perçu négativement. Et pour ce faire, rien de mieux que la période des naissances. La simple vision d’un louveteau parvient à faire oublier les histoires terrifiantes. Les contes où le loup mange les enfants. Parce que ces trois petits loups-là, c’est nous qui aimerions bien les croquer !

Voir en ligne : www.ladepeche.com

P.-S.

Julie Azémar

On en discute aussi sur les forums de La Meute

Soutenir par un don